page précédente

Eglise saint-aignan, Bègues

du XII ème siècle.

Un clocher en pierre. Une nef et des bas-côtés, séparés par des arcades en arc brisé dont l’un présente à la clé de voûte la sculpture en à-plat d’un homme portant un poisson. Les voûtes de la nef et des bas-côtés sont hautes et en berceau brisé. Ce qui est étonnant dans cette église, ce sont ses peintures murales, à commencer par celle qui se trouve au-dessus de la porte occidentale : l’Annonciation. A l’intérieur, les peintures font décor : frises, animaux fabuleux, motifs géométriques, dans des tons d’ocre jaune, d’ocre rouge, de brun et de noir.L’église est dédiée à Saint–Aignan, le pieux évêque d’Orléans qui participa à la défaite d’Attila! Il y est représenté sur un vitrail de Champrobert de 1876,

Du celte Bec ou Beg signifiant « pointe rocheuse avancée », Bègues surplombe la vallée de la Sioule et communique avec elle par des passages situés entre deux escarpements.De nombreuses découvertes archéologiques ont révélé l’ancienneté du site : un menhir, des éléments dans une grotte, la « cafrotte », creusée dans le rocher au niveau de la Sioule, témoignent aussi d’une occupation préhistorique. Présence aussi de tumuli avec des haches de bronze.Plus tard, les gaulois ont fortifié le lieu en oppidum. Le site représentait probablement un camp avancé arverne faisant face aux Bituriges de l’autre côté de la Sioule.Après la conquête romaine, la fonction commerciale de Bègues s’est confirmée. La voie romaine venant de Clermont passait par là, pour preuve la borne militaire rerouvée, datant du règne de Trajan (98-117).

Bègues

Ouvert aux périodes indiquées

Ouvert toute l’année de 8h à 19h

Itinéraire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *